Nos valeurs

//Nos valeurs
Nos valeurs 2017-12-27T19:57:10+00:00

Liberté. L’Avocat est libre d’accepter ou de refuser un Client. Il est également libre de ses honoraires. Et il est libre non seulement de son argumentation mais plus encore de sa plaidoirie, les propos tenus à cette occasion ne pouvant donner lieu à une action en diffamation à l’encontre de l’Avocat. Toutefois, il doit le respect aux magistrats et à l’institution judiciaire : l’Avocat ne peut donc pas porter atteinte à l’honorabilité de sa robe en salissant celle des magistrats.

Indépendance. L’Avocat est indépendant de l’Etat, de tous et en tous lieux. Difficile à concevoir par le Client, cette valeur est pourtant consubstantielle au statut même d’Avocat. Il ne s’agit pas d’un droit, il s’agit d’un état et d’un engagement ! Seule l’indépendance permet à l’Avocat de mener à bien sa mission. Il doit pour ce faire disposer de tous les moyens et de toutes les libertés nécessaires, pour que son indépendance soit garantie vis-à-vis des pouvoirs publics, de la magistrature, de la partie adverse, des Confrères adverses… et de son propre Client. Ce dernier peut oublier cet aspect fondamental de la relation qui le lie à son Avocat. L’Avocat n’est pas le salarié de son Client. C’est la raison pour laquelle la rémunération est opérée par honoraires. L’Avocat ne peut conseiller son Client que s’il est indépendant de lui. A défaut, il existe un risque de partialité préjudiciable à la défense même des intérêts du Client. L’Avocat est le premier critique de son Client, et il est payé aussi pour cela, pour dire la vérité au Client, même s’il s’agit d’une vérité difficile à entendre. C’est ainsi que nous exerçons notre métier, c’est ainsi que nous vous sommes utiles.

Engagement. Exercer la profession, c’est s’engager. Accepter un Client, c’est s’engager à lui apporter une prestation de services digne de notre qualité. La convention d’honoraires formalise le contrat liant le Client à son Avocat.

Loyauté. L’Avocat doit être loyal vis-à-vis de son Client, mais aussi vis-à-vis de la partie adverse et des magistrats, en communicant ses écritures et ses pièces en temps utiles et sans aucune forme de rétention, ce au nom du principe du contradictoire et du droit au procès équitable. L’Avocat ne ment pas de manière outrancière, même si son Client le lui demande, car le mensonge se retourne toujours contre son Client. Il ne faut pas oublier que l’Avocat a pour rôle de défendre ou de conseiller un Client, il ne se confond pas avec lui. Ce sont deux personnes distinctes. La loyauté, c’est encore le devoir pour l’Avocat de refuser un dossier qu’il estime ne pas relever de ses compétences, qu’il estime n’avoir pas le temps de traiter ou lorsqu’un potentiel conflit d’intérêts aurait pour conséquence d’abîmer le lien de confiance qui lie l’Avocat à son Client.

Secret professionnel. Dans le cadre de son activité d’Avocat, l’Avocat est tenu à un strict secret professionnel. De même, il ne peut transmettre, y compris à son Client, les courriers reçus de l’Avocat adverse, sauf s’il s’agit de courriers portant la mention « lettre officielle ». En revanche, il doit informer son Client de la substance de ces courriers s’il estime cela nécessaire. L’Avocat ne parle pas à la police, il doit se taire, même en garde-à-vue : c’est une obligation déontologique. Le secret professionnel peut être levé exceptionnellement, sur permission de la loi (en cas de privations, de sévices, d’atteintes ou de mutilations sexuelles infligées à un mineur ou à une personne vulnérable – art. 226-14 1° du Code pénal), en cas d’état de nécessité (succession d’Avocat dans un même dossier, partage du secret au sein du cabinet, ou strictes exigences des droits de la défense de l’Avocat qui serait poursuivi par son Client – art. 2.1. du RIN). L’Avocat doit lever également le secret professionnel pour empêcher la réalisation d’une infraction pénale, en cas d’assistance à personne en péril, en cas de disparition d’un mineur (art. 434-4-1 du Code pénal), et en cas de recel de criminel (assistance à une personne recherchée – art.436-6 du Code pénal). Le secret professionnel constitue naturellement l’accessoire indispensable des prestations de l’Avocat et est dès lors de facto facturable.

Information. L’Avocat doit la plus complète information au Client, sur les chances de succès d’une procédure, sur le dossier, sur ses impressions d’audience, et sur le droit applicable et l’évolution de la jurisprudence. Cette prestation est naturellement facturable.

Disponibilité. L’Avocat se doit d’être disponible car son intervention ou son information peut être impérative. Naturellement, cela ne signifie pas qu’il doive, en permanence, répondre au Client dans la minute, par courrier, mail, fax, ou téléphone. Tout dépendra de la nature de l’urgence à traiter, en lien avec le secrétariat disponible de 8h à 20h par téléphone, du lundi au vendredi, ou par mail le week-end et les jours fériés. Par transparence, la TOLLINCHI’S LAW FIRM facture au temps passé les échanges de l’Avocat avec le Client, à l’aide d’un logiciel de gestion. Cette solution de gestion possède d’évidentes vertus d’organisation, et contribue à ce que le Client contacte le cabinet uniquement lorsque c’est nécessaire. En revanche, le temps passé au téléphone avec le secrétariat n’est pas facturé. Le cabinet vous propose également de bénéficier d’un espace Client afin d’accéder 24h/ 24 et 7 jours sur 7 au suivi de votre dossier en ligne, sans avoir besoin de joindre le secrétariat.

Efficacité. L’Avocat doit être efficace, c’est-à-dire qu’il doit agir en temps utile, être diligent, et déterminer, en accord avec le Client, une stratégie. Pour que votre Avocat reste efficace, veillez à ne pas « monopoliser » le secrétariat ou la boîte mail. Sauf urgence grave, préparez à l’avance l’objet et les motifs de votre appel téléphonique. De même à l’occasion de l’envoi d’un mail, préparez-le à l’avance et joignez-y toutes les pièces nécessaires, au lieu d’envoyer plusieurs mails à la suite.

Réactivité. Grace à la communication électronique et à l’écoute téléphonique du secrétariat du lundi au vendredi de 8h à 20h, votre Avocat est en mesure d’être facilement joignable et, surtout, réactif, y compris lorsqu’il est en déplacement ou en audience.

Respect. Notre cabinet considère que le respect est l’une de nos valeurs fondamentales. Nous vous devons le respect tout autant que vous nous devez le respect, y compris au secrétariat. Cela implique de nous écrire et de nous appeler en « mettant les formes ». On ne s’adresse pas à un Avocat sans omettre son titre « Maître », pas plus qu’en le tutoyant : il est auxiliaire de Justice et mérite le respect dû à son rang et à sa fonction sociale. Le respect de ces usages garantit des échanges de qualité.

Responsabilité. Ce que dit et écrit un Avocat l’engage. Il engage sa responsabilité, et il est au demeurant assuré aux termes d’une police de responsabilité civile professionnelle. Un Avocat est, de même, responsable de la stratégie qu’il choisit de proposer à un Client. Il doit refuser d’adhérer à une stratégie qu’il pense contraire aux intérêts de son Client, voire, en cas de désaccord persistant, renoncer au dossier et dirigeant le Client vers un autre Avocat. L’Avocat est indépendant et libre, il n’est pas l’obligé de son Client : il peut donc refuser de faire ce qu’il estime illégal ou contraire à la morale, à sa déontologie, ou aux bonnes mœurs.

Humanité. Principe essentiel de la profession d’Avocat, l’humanité implique le devoir pour l’Avocat d’être « une main secourable », attentif à la situation personnelle de son Client et soucieux de répondre à ses attentes. C’est ce principe qui peut conduire un Avocat à intervenir gratuitement, s’il estime devoir le faire. Maître TOLLINCHI ne se l’interdit pas, à titre exceptionnel, pour venir en aide à une personne dont les intérêts seraient gravement compromis et qui ne disposeraient pas des ressources nécessaires.

Ethique. L’exercice de la profession ne serait rien sans le respect d’une certaine éthique personnelle et comportementale, tout autant que professionnelle.

Confiance. Entre nous, il n’est question que d’une chose : la confiance. Le cabinet vous fait confiance, vous lui faîtes confiance et, ensemble, nous faisons en sorte que la Justice vous fasse confiance.

Modernité. La TOLLINCHI’S LAW FIRM s’est engagée dans un processus de modernisation de la profession d’Avocat, qui doit s’adapter au temps présent, en particulier en recourant à tout ce que les nouvelles technologies permettent désormais de faire.

Transparence. Les prestations de la TOLLINCHI’S LAW FIRM donnent lieu à une facturation détaillée, la plupart du temps au temps passé par l’application d’un taux horaire ou d’un tarif forfaitaire, selon les cas. Le tarif horaire comprend l’ensemble des frais du cabinet à l’exclusion des frais de déplacements et des frais liés aux services de prestataires extérieurs, qui sont facturés distinctement. Le tarif horaire moyen est de 300 euros HT. Il peut varier. Dans tous les cas, il est fixé par contrat, préalablement à toute intervention, au regard de la difficulté du dossier, et du degré d’urgence des prestations requises. Dans ce cas, pour chaque dossier traité, la TOLLINCHI’S LAW FIRM met à la disposition de nos Clients un relevé des temps passés explicitant de manière claire le temps consacré à chaque tâche. Les Clients de la TOLLINCHI’S LAW FIRM sont ainsi parfaitement informés de la manière dont la facture qu’ils reçoivent a été établie. La transparence est une des conditions de la confiance entre nous, et évite les malentendus et autres difficultés. La facturation détaillée est une prestation offerte. Maître TOLLINCHI n’émet pas de factures de « provisions » sans aucune description précise.